Principe et technique du décapage

decapage

Le décapage est l’une des étapes essentielles dans les travaux de rénovation et de remise en état. C’est beaucoup plus qu’un nettoyage en profondeur et son application est envisageable sur différentes surfaces. Mais de quoi s’agit-il au juste et en quoi décaper est-il avantageux ? Découvrez les éléments de réponse pour vous aider dans vos projets.


En quoi consiste la technique de décapage ?

Le décapage est une méthode visant à éliminer les salissures, les résidus de revêtement et les substances nocives comme la rouille et les moisissures. On l’utilise donc sur des supports vétustes qui méritent une seconde jeunesse.

Pourquoi/sur quoi/ Dans quels cas l’utiliser ?

En rénovation, le décapage met le support à nu. La pollution, les conséquences de l’humidité et les salissures disparaissent simultanément. Il met les parties fortement détériorées en évidence, ce qui permet d’envisager les remplacements et/ou réparations indispensables pour assurer la longévité de la surface décapée. Il peut s’agir de grilles métalliques, de planchers en bois, de vieux radiateurs, de mobiliers ou d’autres objets.

Le décapage est également préconisé dans le cadre d’une restauration. La procédure est alors appliquée à des objets anciens qui ont besoin de retrouver leur esthétique originelle ou que l’on souhaite relooker en alternative à un remplacement de l’objet en question. Les bibelots, meubles et différents objets décoratifs sont les plus concernés par l’opération.

Les spécialistes du décapage sont en mesure d’intervenir sur un large éventail de matériaux : la pierre, le béton, le bois, l’acier… Si l’objectif est à chaque fois le même, la technique utilisée doit néanmoins être adaptée au support pour le préserver de toute détérioration. Il faut donc comprendre qu’il existe plusieurs méthodes de décapage.

Le sablage est sans doute la technique de décapage la plus courante. Il consiste à projeter du sable à haute pression sur la surface à traiter, une autre matière abrasive pouvant être utilisée en alternative selon les caractéristiques de l’objet ou de la surface à rénover/restaurer. Plastique, métal, bois, verre… on peut pratiquement tout sabler, à condition de bien ajuster la pression et la granulométrie de l’abrasif. En cas d’erreur, il y a le risque d’altérer la surface de manière irréversible.

Le décapage par hydrogommage consiste à projeter un mélange d’abrasif et d’eau sur le support. Cette méthode est principalement utilisée pour traiter des pavés autobloquants, des surfaces bétonnées, des routes bitumées… Les poussières sont automatiquement fixées au sol grâce à l’eau présente dans le mélange, ce qui en fait une technique particulièrement adaptée aux décapages d’espaces urbains. L’hydrogommage peut aussi être utilisé pour débarrasser une façade des substances collantes (affichages, chewing-gums, autocollants…) et des graffitis les plus tenaces.

L’aérogommage fonctionne à peu près sur le même principe. Cependant, c’est de l’air qui est projeté avec les abrasifs ou granulats. Une certaine pression est indispensable pour éliminer efficacement tout résidu d’impureté et de salissure.

Tout comme l’hydrogommage et l’aérogommage, le grenaillage est une technique de décapage inspirée du sablage. Son utilisation est beaucoup plus ciblée dans la mesure où le grenaillage s’applique exclusivement aux surfaces en acier/métal.

Les abrasifs projetés sont alors des microbilles qui se révèlent beaucoup plus efficaces que le sable ou les petits granulats. C’est très pratique et particulièrement efficace dans le domaine de l’aéronautique, dans les fonderies et les rénovations dans les industries métallurgiques.

Le décapage par immersion est envisageable lorsque l’objet à traiter est recouvert d’époxy, de peinture thermolaquée ou au plomb et autres substances particulièrement résistantes. Comme son nom l’indique, la méthode nécessite de plonger l’objet dans une solution qui viendra progressivement à bout des peintures.

Le décapage cryogénique est parfois envisagé sur les surfaces recouvertes de goudron, de caoutchouc, d’huile et revêtements difficiles à retirer. Les professionnels projettent des pellets de glace pour provoquer un choc thermique qui fragilise le matériau qui se décolle avec une meilleure facilité.

Le décapage thermique est l’inverse du procédé cryogénique. Le support n’est donc pas traité par le froid mais par pyrolyse. Les objets sont donc placés dans des fours spéciaux pour que la peinture soit décollée. C’est un procédé plus dangereux que les autres, ce qui explique qu’il soit rarement utilisé. Il trouve surtout son utilité dans le secteur industriel.

Quels sont ses avantages ?

Grâce au décapage, un objet donné retrouve son aspect d’origine, bien avant que les différents traitements à visée protectrice ou esthétique n’aient été appliqués. Il est donc plus facile d’analyser l’état de la surface pour vérifier sa solidité et évaluer les traitements qui pourraient éventuellement se révéler nécessaires avant que le processus de remise en état ne se poursuive.

Le décapage va plus loin que le nettoyage et le ponçage. Il dégraisse et assainit la surface, permet éventuellement de polir ou à l’inverse d’apporter une rugosité superficielle dans l’optique d’améliorer l’adhérence du revêtement qui sera appliqué ultérieurement.

La diversité des méthodes de décapage permet de traiter les supports les plus robustes comme les plus fragiles sans risquer d’altérer leur apparence originelle et sans les priver de leurs principales caractéristiques.
Le gain de temps est non négligeable car le matériel utilisé permet de couvrir des superficies variées.

En résumé, cette méthode permet de nettoyer, de régulariser et d’assainir une surface, quelle que soit la technique spécifique utilisée. Réalisé par des professionnels comme Decap 06, le décapage peut offrir quelques décennies supplémentaires à l’objet ayant subi le traitement. Bien entendu, un diagnostic doit être établi en amont afin d’évaluer la pertinence d’un décapage et de définir la méthode la plus adéquate.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *