Vernis transparent pour bois : l’indispensable de vos sessions bricolage

vernis bois

Les boiseries, meubles en bois et menuiseries apportent un certain cachet à votre habitation. Mais le bois brut est un matériau fragile qu’il faut protéger durablement des chocs, rayures, intempéries et autres agressions climatiques (humidité, UV, froid). Un vernis incolore est la solution idéale pour concilier à la fois la protection du bois et la conservation de son aspect naturel, sa teinte et son veinage.

Néanmoins, avant de se lancer, il est bon de connaître les différents types de vernis, leur utilisation et la façon de s’en servir.

Le vernis transparent pour bois, qu’est-ce que c’est?

Il existe deux grandes familles de vernis transparents : les vernis en phase aqueuse (principalement vernis acrylique) et les vernis en phase solvant (résine polyuréthane notamment).

  • Vernis en phase aqueuse : ce sont les plus conviviaux, car moins nocifs pour l’environnement, sans odeur, et ne nécessitant pas de solvant organique en guise de nettoyant (on utilise de l’eau). Ils sont simples d’utilisation, avec une application facile et un temps de séchage rapide. Par ailleurs, il n’y a pas de jaunissement avec le temps. Ils offrent cependant une résistance moindre et sont plutôt réservés à un usage intérieur.
  • Vernis en phase solvant : ils ne sont pas miscibles à l’eau et l’outillage utilisé se nettoie au White Spirit. Leur utilisation est moins agréable que les vernis aqueux : forte odeur lors de l’application et après séchage, ce dernier étant plus long. Il y a également un phénomène de jaunissement avec le temps. Cependant, ils offrent une excellente résistance (mécanique, chimique, eau / intempéries). Ainsi ce vernis est en général le plus adapté pour l’extérieur, même s’il peut aussi être utilisé en intérieur.

Ces deux types de vernis se déclinent en trois finitions : mat, qui offre une protection sans faire briller le bois ; satin ou satiné, qui permet d’obtenir un rendu semblable à l’utilisation de cire ; brillant, qui accentue l’aspect surfacique du support, veinage comme défauts.

Le vernis peut être coloré ou transparent. L’avantage de ce dernier est de ne pas dénaturer les bois : leurs teintes naturelles sont conservées et mises en valeur grâce à la finition choisie.

À noter aussi que les vernis sont différents des lasures : le vernis protège grâce à un film résistant et imperméable alors que l’application de lasure permet un traitement du bois par imprégnation du support (pour lutter de manière préventive contre les champignons, insectes…).

Quelles sont ces différentes utilisations ?

Un vernis bois est polyvalent et peut s’utiliser pour la rénovation de tout support en bois, en intérieur comme en extérieur. Dans la phase de réflexion des travaux, il est important d’identifier les agressions contre lesquelles doit lutter le vernis ainsi que le rendu escompté. Ceci est à mettre en parallèle avec les qualités et défauts des différents types de vernis, que vous sélectionnerez en conséquence.

Pour un usage en intérieur (meubles, huisseries de portes et fenêtres, lambris, escaliers…), un vernis à l’eau est suffisant, même s’il est possible d’utiliser un vernis en phase solvant. L’application d’une couche de vernis protège le matériau de la poussière, des chocs, rayures, salissures, auréoles et facilite son nettoyage. Il permet aussi une finition soigneuse, esthétique et décorative, qui sublime l’aspect du bois.

En extérieur, il faut privilégier un vernis plus résistant : vernis polyuréthane, glycérophtalique. Pour des conditions extrêmes, il existe un vernis « marin » ou encore « mer montagne » pour résister aux conditions atmosphériques les plus difficiles, notamment l’air marin, le froid, la neige. Par ailleurs, si votre support est exposé au soleil, il est important que le vernis contienne un agent anti-UV pour protéger le support du jaunissement, (provoqué par l’altération de la lignine présente dans le bois, en partie à cause du rayonnement solaire).

À noter que le vernis peut également être utilisé par dessus une peinture, ce qui la protège de l’écaillage, fixe sa couleur et lui donne de la profondeur. Sa durée de vie en est donc augmentée.

Les précautions d’emploi pour l’utiliser

Avant de se lancer dans les travaux, il est important de s’assurer que vous avez l’outillage nécessaire : à minima un pinceau ou rouleau pour vernis, de taille adaptée à la surface de travail, et un pinceau fin pour les recoins et finitions. Si nécessaire, du solvant et un escabeau ou tout matériel utile selon le vernis et l’accessibilité. Prévoir un masque à cartouches d’un niveau de protection suffisant contre les risques relatifs à la tâche (lettre P pour poussière et A pour solvant organique ; se reporter au tableau de classification officiel).

Et bien sûr, du vernis, dont vous aurez calculé le besoin en fonction de votre surface à traiter multipliée par le nombre de couches et du pouvoir couvrant du vernis choisi, caractérisé par le rendement.

Avant d’appliquer un vernis, la surface du support doit être propre et sèche pour assurer une bonne adhérence de la couche. Ce travail préliminaire dépend de l’état initial du support :

  • Un bois non sain sera au préalable traité avec le produit adapté au symptôme de manière à imprégner et protéger le support en profondeur.
  • Un bois lasuré ou peint sera décapé (sauf si le vernis doit être appliqué sur la peinture, auquel cas elle sera nettoyée et dégraissée) avant ponçage (abrasif assez fin).
  • Un bois déjà verni sera poncé (abrasif assez fin).
  • Une surface poncée sera nettoyée : aspirateur et chiffon humide.

Pour l’application du vernis, il est avant tout primordial de suivre les indications indiquées sur le flacon. Néanmoins, de manière générale il faut :

  • Bien mélanger avant utilisation, jusqu’à obtention d’un mélange homogène.
  • Appliquer une première couche dans le sens des fibres, pour un rendu optimal.
  • Laisser sécher selon le temps indiqué sur le flacon.
  • Égrener (poncer légèrement avec un abrasif fin) le support afin d’améliorer la finition. Bien nettoyer la surface ensuite.
  • Passer au minimum deux à trois couches pour assurer une bonne protection.

Il est possible de remplacer la première couche par une sous-couche, qui permet d’empêcher l’apparition de taches colorées (remontées de tanins du bois à la surface) et qui facilite l’application et l’homogénéité des couches de vernis.

Il est conseillé de travailler à une température comprise entre 12 et 25 °C pour un séchage optimal. Après application du vernis, laissez sécher quelques jours, le temps que le vernis sèche à cœur. Durant cette période, il est préconisé de limiter les charges, chocs et taches sur la surface traitée.

L’utilisation de vernis incolore pour bois n’est pas très complexe. Il convient cependant de garder à l’esprit les forces et faiblesses des différents types de vernis et l’usage qui en découle.

L’application en intérieur ou en extérieur, le type de rendu et le niveau de protection souhaités, conduiront au choix d’un produit spécifique à vos travaux. Le respect des consignes sur le flacon et des précautions d’emploi pour une bonne application vous permettra de protéger durablement vos boiseries, meubles et menuiseries, tout en les mettant en valeur.